verviersphotos.be

St Malo, France. 2017.Musee_Ducal_de_Bouillon..html
Reims 2016.La_cathedrale_de_Reims..html
Photographe: Thierry Grignard.     
macgrey123@hotmail.commailto:macgrey123@hotmail.comshapeimage_3_link_0

DURBUY.

 
 

Durbuy (en wallon, Derbu) est une ville francophone de Belgique située en région wallonne dans la province de Luxembourg.

Durbuy est considérée comme étant « la plus petite ville du monde » : ce slogan touristique fait référence à une charte de franchises octroyée par le roi Jean de Bohème, Comte de Luxembourg qui donne en 1331 le statut de ville à la cité des bords de l'Ourthe. La vieille ville de Durbuy proprement dite ne compte toujours aujourd'hui qu'environ 400 habitants2.

Depuis la fusion des communes intervenue en 1977, Durbuy a donné son nom et son titre de ville à une commune très vaste dont certains villages (Barvaux sur Ourthe) qui est le centre administratif de la commune, Bomal, Tohogne...) sont bien plus peuplés qu'elle. Au 1er janvier 2015.  La commune de Durbuy compte 11 494 habitants, 5 667 hommes et 5 827 femmes3. La superficie totale est de 156,61 km2, ce qui place Durbuy dans les 15 communes les plus étendues de Belgique. La densité est de 73,39 habitants par km2.

HISTOIRE.

Les comtes de Durbuy

Vers l’an 1000, la terre de Durbuy est un alleu du duc Gothelon Ier de Lotharingie, fils de Godefroid le Captif, descendant de la puissante famille d’Ardenne-Verdun. Sa fille Ragelinde reçoit l’alleu de Durbuy au partage des biens allodiaux et l’apporte en dot au comte Albert II de Namur. C'est en cette première moitié du XIe siècle qu'une importante transformation domaniale survient : le centre seigneurial est transféré de Tohogne à Durbuy, où se construit un château, au centre du domaine, à un point de passage sur l'Ourthe. Tohogne reste cependant la seule paroisse du domaine, et l'église Saint-Martin est reconstruite à la même époque : le nouvel édifice est vaste, et sa tour massive joue sans doute un rôle défensif coordonné avec le nouveau château dans la vallée de l'Ourthe. Le fils aîné d’Albert II et Ragelinde devient en 1063 le comte Albert III de Namur ; il hérite également du comté de Laroche. Son frère cadet devient le comte Henri Ier de Durbuy et meurt après 1097. Henri Ier est cité comme Come Henricus de Dolbui castello (le comte Henri du château de Durbuy, mention écrite de 1078). Son fils devient le comte Godefoid Ier de Durbuy. À sa mort (avant 1124), son fils devient le troisième comte sous le nom de Henri II de Durbuy. Il meurt très jeune (vers 1147). Le comté de Durbuy passera à son cousin, Henri IV de Luxembourg, dit Henri l'Aveugle.



 

Durbuy, terre des comtes de Luxembourg

Article connexe : Liste des comtes et ducs de Luxembourg.

Durbuy, cœur de la « Terre de Durbuy » est à partir du XIIe siècle chargée de la défense du territoire des comtes de Luxembourg face aux voisins et rivaux qu'étaient la principauté épiscopale de Liège et la principauté abbatiale de Stavelot-Malmedy. C'est ainsi qu'on y trouve un château, construit sur un promontoire rocheux ceinturé par l'Ourthe, et une enceinte protégeant le château et le bourg qui s'était développé au pied de celui-ci.

Au décès de Henri l'Aveugle en 1196, sa fille Ermesinde hérite des comtés de Luxembourg, de Durbuy et de Laroche. La comtesse Ermesinde meurt en 1247 : son fils aîné Henri V le Blond hérite des comtés de Luxembourg, d'Arlon et de Laroche. Son fils cadet Gérard devient comte de Durbuy. En 1304, après la mort de Gérard, ses deux filles abandonnent leurs droits sur Durbuy à leur cousin Henri VII, comte de Luxembourg. À la mort de Henri VII en 1313, son fils Jean Ier, roi de Bohême, hérite du comté de Luxembourg.

Durbuy acquiert son statut de ville en 1331, quand le roi Jean Ier de Bohême, comte de Luxembourg, octroie aux bourgeois de Durbuy des privilèges consignés dans une charte de franchise. Cette faveur fut accordée non parce que Durbuy était une agglomération importante, mais parce qu'elle était un centre de commerce et de justice. En effet, Durbuy se situait alors à la frontière nord du Luxembourg et était à ce titre susceptible de subir des attaques étrangères. Cependant, seule une ville pouvait disposer d'une armée, pour cette raison et afin d'éviter de devoir multiplier des déplacements de troupe dans le nord, le roi Jean Ier de Bohême donna à Durbuy le titre de ville. En 1332, Jean de Bohème accorde les mêmes privilèges que Durbuy à Bastogne et à Laroche. En 1342, Jean de Bohème engage le château et la terre de Durbuy à Walram de Juliers, archévêque de Cologne, et à son frère Guillaume V, comte de Juliers. Jean de Bohème meurt le 26 août 1346, à la bataille de Crécy. Son fils Charles IV, devenu roi des Romains et de Bohême, comte de Luxembourg, hypothèque une partie de son héritage, dont le château et la ville de Durbuy. En 1349, il vend Durbuy et son château à l'évêque de Liège, Englebert III de La Marck. En 1354, Charles IV élève son demi-frère Venceslas au titre de duc de Luxembourg. Le duc Venceslas Ier de Luxembourg rembourse la dette contractée envers le prince-évêque de Liège et récupère Durbuy et son château. Le duc Venceslas meurt à Luxembourg le 8 décembre 1383 et est inhumé dans l'abbaye d'Orval : son neveu Wenceslas Ier du Saint-Empire devient duc de Luxembourg. En 1411, le duché de Luxembourg mis en gagère comme dot à l'occasion du mariage de Elisabeth de Goerlitz, nièce de Wenceslas Ier du Saint-Empire : elle épouse Antoine de Bourgogne, le frère de Jean sans Peur, duc de Bourgogne. En 1441, Élisabeth de Goerlitz est criblée de dettes et vend le duché de Luxembourg au duc de Bourgogne Philippe le Bon, neveu de son premier mari Antoine de Bourgogne. Philippe le Bon incorpore le duché de Luxembourg dans les Pays-Bas bourguignons.

Temps Modernes : les seigneurs de Durbuy

Du XVe siècle au XVIIIe siècle, Durbuy suit le sort du duché de Luxembourg : bourguignonne, espagnole, française, autrichienne, hollandaise, la terre de Durbuy et le château sont mis en gagère par les maîtres successifs du duché de Luxembourg. La famille d'Ursel entre en possession du château au début du XVIIIe siècle et lui donne sa forme actuelle lors d'une reconstruction en 1731 et d'une importante restauration en 1880-1882.